Derniers sujets
» AP IXALAN 23/24/25 septembre
Aujourd'hui à 12:13 par Ggekos

» 2017_04_26 : Recherche en modern
Mer 19 Juil - 14:05 par marcovitch

» Recherches AnteChrist
Lun 17 Juil - 13:59 par marcovitch

» Présentation de AnteChrist / Rémy
Dim 2 Juil - 21:39 par AnteChrist

» Tournois en Legacy a la ludo
Lun 19 Juin - 14:44 par Ggekos

» Fermeture de la ludo pendant le mois d'aout
Lun 19 Juin - 12:09 par Ggekos

» DRAFT 03/07
Dim 18 Juin - 16:02 par Ggekos

» DRAFT 26/06
Dim 18 Juin - 16:00 par Ggekos

» AP Heure de la destruction 8/9 juillet
Mer 7 Juin - 9:09 par Ggekos

» 12 juin 2017 TEAM TRIO
Ven 28 Avr - 10:20 par Ggekos


Format DUEL OF THE PLANESWALKERS ou Dotp ou avatar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Format DUEL OF THE PLANESWALKERS ou Dotp ou avatar

Message par Mric le Mar 1 Oct - 9:39

J'ai trouvé un article sur ce format. Ça pourrait faire une autre alternative.
je vous le mets à la suite:


Mais c’est quoi donc que ce mode alternatif ?

Les amateurs de Commander, anciennement EDH(1), seront très vite familiarisés avec DotP, puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’un dérivé dudit format, sauf qu’en lieu et place d’une créature légendaire représentant le général, vous aurez droit à un Planeswalker ! Diantre, par quelles diableries ? En effet, Wizards ne cesse de nous répéter à grands renforts de campagnes marketings que nous sommes tous des Planeswalkers en herbe, et bien ce coup-ci, c’est pour de vrai ! Les règles, à quelques points près, sont très similaires. Quant à ceux qui n’ont jamais fait une partie d’EDH de leur vie, c’est le début d’un nouvel univers qui s’offre à vous ! Mais passons aux règles pour voir à quoi ça ressemble de plus près…

Bolas_inside

Bah, y’ pas d’Background ?

Bon vite fait alors ! Chaque joueur devient l’incarnation vivante d’un des plus fameux Planeswalkers du Multivers pour en mettre plein la tronche aux autres au cours du plus gros tournoi de tous les temps. Plus d’alliances, plus d’amitiés, rien que du pain et des jeux ! Seul Bernado, notre improbable héros Planeswalker, faute d’arriver à l’heure au guichet des inscriptions, boude l’évènement du siècle et part en quête d’un moyen de faire fonctionner son Résonateur Strionique…

(Merci, c’était vraiment, mais vraiment très très intéressant)

– C’est l’heure du Duel !!!
- Non…

Les règles spécifiques au format

Pour commencer, choisissez une carte de Planeswalker de votre choix (voir Construit Vs Limité pour plus d’informations sur le sujet). Comme pour l’EDH – où la créature légendaire qui dirige la construction de votre deck est appelée Général, ce Planeswalker assumera les mêmes fonctions et sera reconnu sous le nom d’Avatar. Il est unique et représente votre incarnation au cours du combat. Cependant, pour être bien clair, lorsque je parle d’avatar dans les règles, il ne s’agit pas d’une représentation immatérielle de votre image ^^ mais bel et bien de l’appellation de la CARTE de Planeswalker que vous avez choisi pour vous représenter (voir Avatar Planeswalker ci-dessous).

Vous allez maintenant construire un deck en respectant les consignes ci-dessous :



   Singleton : Quel que soit le nombre de cartes que contient le deck (voir Construit Vs Limité suivant votre préférence de jeu), vous êtes restreint à un seul exemplaire pour une même carte. C’est ce qu’on appelle un deck singleton : chaque carte est disponible en un seul exemplaire pour un même joueur. Bien sûr, la seule exception concerne les terrains de base, que vous pouvez inclure en quantité industrielle, si nécessaire.
   Identité Couleur : Vous ne pouvez inclure dans votre deck que des cartes incolores et des cartes de la ou des couleurs de votre Planeswalker. Concrètement, si une carte a un symbole de mana imprimé dans son coût ou dans son texte qui n’est pas une des couleurs de votre Planeswalker, vous ne pouvez pas l’inclure dans le deck !
   Par exemple, si Nicol Bolas est votre avatar, vous ne pouvez pas jouer la double carte Donner/Prendre car même si l’une des partie de la carte est bleu, l’autre partie en revanche est blanche, et notre ami Bolas ne peut pas lancer de sorts blanc ! Je ne suis même pas sûr qu’il ait appris un jour… De même, vous ne pouvez pas inclure des cartes comme Noble Hierarche dans votre deck Garruk, car celle-ci possède des symboles de mana blanc et bleu dans sa capacité, ou encore un Jardin du temple comme terrain avec un avatar Elspeth, puisque ce terrain ajoute un mana vert.
   Identité Couleur Exception : Contrairement à l’EDH, il y a une exception en DotP. Vous pouvez inclure dans votre deck une carte hybride si son coût de mana contient au moins une couleur de l’identité couleur de votre avatar, et que celle-ci permet de joueur le sort sans que la ou les autres couleurs de ce sort soit nécessaire. Par exemple, si votre avatar est Chandra, vous pouvez inclure dans votre deck une carte comme Bonnet-Rouge Meurtrier, car ce sort peut être lancé uniquement avec du mana rouge, et Chandra elle connaitre utilisation mana rouge ! Mais à l’inverse, vous ne pouvez pas inclure Trombe de feu, car même si ce sort peut être lancé avec du mana rouge, un symbole de mana vert figure dans la capacité de la carte ! Pour résumé, et en guise de background, imaginez qu’un sort hybride est un sort qui se trouve disponible dans plusieurs livres de magie, et donc accessible aux Planeswalkers qui ont la maitrise de cette magie.
   Bannissement sans appel : Un deck ne peut jamais inclure de carte de Planeswalker, que ce soit votre avatar ou un autre. Votre deck est véritablement la représentation de votre bibliothèque de sorts, et un Planeswalker ne connait pas de sort capable d’invoquer un autre Planeswalker ! C’est pourquoi, une fois que vous avez choisi votre carte de Planeswalker, TOUS les autres Planeswalkers de Magic sont bannis pour la construction de votre deck.
   Avatar Planeswalker : A l’instar du Général en Commander, votre carte de Planeswalker est régi par des règles bien strictes, mais qui diffère complètement du format cloné, excepté le point suivant : Comme pour le général d’EDH, être un avatar n’est pas une caractéristique mais une propriété de la carte. Par conséquent, le fait d’être un avatar ne peut pas être copié, ni effacé et ne change pas avec le contrôle de la carte.
       Chaque joueur possède une nouvelle zone de jeu qui lui est propre et que l’on nomme « Warp ». Cette zone est « protégée », elle ne peut jamais être la cible d’un sort ou d’une capacité, aucun effet du jeu ne peut affecter cette zone et rien ne peut s’y déclencher hormis les règles ci-dessous. Il en est de même pour toutes cartes qui se trouvent dans cette zone.
       L’avatar commence dans la zone de Warp de son propriétaire. Il peut être joué depuis cette zone à tout moment ou il pourrait être joué normalement (soit en règle général pendant l’une des deux phases principales).
       A chaque fois qu’un avatar quitte le champ de bataille, il retourne dans sa zone Warp au lieu d’être placé dans la zone indiquée par l’effet de départ. Ceci est considéré comme un effet de remplacement et il ne peut jamais en être autrement. En d’autres termes, un Planeswalker dans le format DotP est soit dans sa zone Warp soit sur le champ de bataille.
       A chaque fois qu’un Planeswalker est placé dans la zone Warp depuis le champ de bataille, placez un 1 nouveau marqueur « Temps » sur sa carte, puis placez-y ensuite tous les autres marqueurs « Temps » présents dans la zone Warp, s’il y en a. Comme pour tout ce qui concerne la zone Warp, on ne peut pas interférer avec ces marqueurs « Temps ».
       A chaque début d’entretien, Si un joueur possède un Planeswalker dans sa zone Warp avec un ou plusieurs marqueurs « Temps » sur sa carte, alors ce joueur retire un de ces marqueurs et le place à côté de la carte, dans sa zone Warp. Une fois qu’un marqueur « Temps » est placé dans la zone Warp, il y  reste pour toute la durée de la partie.
       Un Planeswalker dans une zone Warp avec au moins 1 marqueur « Temps » sur sa carte ne peut pas être joué.
       Si un Planeswalker doit être placé dans sa zone Warp lorsque celle-ci contient 3 marqueurs « Temps », alors il est placé dans cette zone Warp face verso (face retournée, le dos de la carte visible).
       Un Planeswalker qui se trouve face verso dans une zone Warp ne peut plus jamais être joué de la partie.
       La zone Warp de chaque joueur ne possède aucun marqueur « Temps » en début de partie.
       En résumé, et pour faire simple, vous pourrez lancer votre avatar depuis la zone Warp sur le champ de bataille au maximum 4 fois par partie. Chaque fois qu’il retourne dans sa zone Warp, il récupère un nouveau marqueur en plus des anciens qui s’y trouvaient, le cas échéant. A chaque entretien, on déplace un marqueur comme pour la capacité Suspens (cf. règle 702.59). Tant qu’il y a un marqueur sur la carte de votre Planeswalker (à ne pas confondre avec ceux qui sont dans la zone Warp mais pas sur la carte) on ne peut pas le lancer. Noter que contrairement à l’EDH, son coût de mana n’augmente jamais, il reste le même, que vous le jouiez pour la première comme pour la quatrième fois.
   Mulligan : Les joueurs peuvent faire un mulligan, en utilisant la méthode « AlaBolas »(2).
   Points de Vie : Comme pour une partie classique, un joueur débute la partie avec 20 PV, meurt lorsqu’ils sont à 0 et/ou son deck est vide et/ou il reçoit 10 marqueurs Poison.
   Spécificité : Pour tout le reste, structure d’un tour compris, une partie de DotP se joue comme une partie classique de Magic.
   Mise à jour : Vous trouverez ici les mises à jour du format effectuées lors de nos parties, ainsi que celles qui me seront remontées par vous-mêmes, qui sait !
       Karn est incolore ! Un joueur qui choisit Karn comme avatar ne peut donc inclure que des cartes incolores dans son deck.

Construit Vs Limité

Comme la plupart des formats dont je vous parlerai au cours de mes articles, il vaut mieux pratiquer le DotP (je sais je me répète) dans un format de type Limité, comme le draft. Pourquoi ? Et bien d’abord, parce que c’est mon format préféré à Magic, celui qui offre le plus de sensation en terme de jeu, mélangeant habilement technique et maitrise. Ensuite, comme pour le format Phyrexia Powa, un deck construit DotP peut devenir très rapidement dégénéré. Regardons ça d’un peu plus près…

Construit

Au départ, j’ai conçu ce format pour du construit, parce que je suis un grand nenfant avec des étoiles pleins les yeux, et que comme tel, j’adore faire mumuse avec les Planeswalkers que me propose chaque nouvelle extension – que j’estime à titre personnel comme étant la meilleure mécanique inventée par Wizards depuis au moins ces dix dernières années. De plus, les decks EDH se figeant autour de moi, chacun jouant systématiquement le même général et/ou le même deck, je décidais de changer un peu beaucoup d’air. Bref, je tente le mode. Mais après la première journée de test avec mon groupe de joueurs (et amis que je salue au passage pour leur réceptivité à chaque nouvelle idée proposée) c’est le drame ! Avec le parti pris de jouer un deck de 60 cartes et non 100, bien que singleton, Tezzeret ravage tous les champs de bataille et tue au pire l’adversaire tour 5. Et à l’époque, nos tests se faisaient avec la première version, l’agent de Bolas n’étant pas encore sorti ! L’ultimatum de Tez V1 est ingérable une fois le battlefield couvert d’artefact à 0 de ccm… Bon, c’est mal barré pour un format fun ^^

Donc le deck, à l’instar de Commander, sera en 100 cartes, soit 99 cartes + le Planeswalker/Avatar.

Pour la seconde session de tests, nous avons décidé de créer une première banlist pour mettre tout le même « presque » au même niveau, et ne pas favoriser les anciens joueurs de notre groupe par rapport aux nouveaux. Nous sommes parti du principe que puisque les Planeswalkers sont apparus pendant la seconde ère de Magic, soit la période « new frame », appelées communément aujourd’hui cartes modernes, alors il serait interdit de jouer des cartes ancien design dans ce format. Exit donc le P9, les bilands et autres Force of Will. Bien entendu, la liste des cartes jouables s’agrandit de jour en jour, au fil des rééditions des cartes « anciennes versions » en Modern, comme Messe noire ou Impulse dans le dernier pack From the Vault, par exemple. Mais elles restent accessibles malgré tout au plus grand nombre, surtout en un seul exemplaire.

C’est un bon début, mais Tezzeret domine toujours, certes pondéré par une main de départ qui cherche la perfection, noyée dans 39 cartes supplémentaires.

Alors, doit-on bannir Tezzeret ? Doit-on commencer un nouveau format où le choix des avatars, déjà restreint, se retrouverait dès le départ amputé d’un ou plusieurs de ses membres ?

La question reste en suspens, nous continuons les tests en draft…

Donc voilà où nous en sommes à ce jour : Deck de 99 cartes + 1 Planeswalker, entièrement singleton hors terrains basics, composé uniquement de cartes « nouveau design ».

Depuis, le Modern a été créé, l’EDH approfondi, je pense donc clairement qu’un mix des banlists de ces 2 formats pourrait aboutir à un format jouable en construit. La première pierre est posée, attaquons les fondations. Nous allons continuer de tester de notre côté, et une fois de plus, vous êtes les bienvenue, si le format vous tente, pour me remonter toutes vos pensées sur le sujet !

A la limite du supportable...
 

... Disponible en version ingérable !



Limité : Draft

Là, le départ s’avère tout de suite plus facile : à part le format qui reste en singleton, pas de bannissement, pas restrictions, rien, nada ! Un planeswalker, des boosters et c’est parti !

Préparation & Cotillons

Pour commencer, il faut sélectionner son Planeswalker. Pour rester dans l’esprit du draft et éviter que les joueurs choisissent systématiquement le même avatar, je vous conseille d’utiliser la règle suivante : avant de drafter les boosters, faites un deck avec tous les Planeswalkers qui existent à ce jour, si vous le pouvez(3) .Puis, sélectionnez aléatoirement un nombre de cartes de Planeswalkers égal au double du nombre de joueurs, et posez les faces révélées sur la table. En bref, si vous êtes 8 joueurs, présentez 16 Planeswalkers. Déterminez aléatoirement le premier joueur. Ce dernier choisit un des Pw présents sur la table, puis le joueur à sa droite fait de même et ainsi de suite. Lorsque c’est au tour du dernier joueur, celui-ci en prend 2, puis on recommence le tour de piste en continuant avec le joueur qui a choisi juste avant le dernier joueur. Ainsi, le premier joueur récupèrera le dernier Pw de la table, et aura eu ainsi accès à celui qu’il considère comme le meilleur et à celui dont personne ne veut. Chaque joueur conserve ses 2 Pw tout le long du draft, ce n’est qu’à la construction du deck qu’il en choisira un des 2 pour disputer les matchs à venir. Cela permet de partir sur 2 drafts différents au besoin, ou de maintenir le suspens et d’éviter les contre-draft des adversaires.

Base 1 : Chaque Joueur choisit 2 Planeswalkers. Après le draft, un seul sur les 2 sera conservé et joué en tant qu’avatar.

Ensuite, il faut établir la taille du deck. Si nous partons du principe qu’un deck standard contient 60 cartes et que son équivalent drafté en contient 40, alors un deck de 100 cartes de base se transformerait en un deck de 60 cartes et quelques lorsqu’il serait drafté. Nous estimons de suite que c’est trop, mais suivant le niveau de puissance des boosters composés, 40 nous parait trop peu en sachant que notre planeswalker peut être à disposition rapidement. En effet, Nicol Bolas est très cher en mana, mais il est le seul à offrir une opportunité non négligeable à son propriétaire : jouer un deck 3 couleurs. Soit drafter haut de nombreux fixers, des sorts qui vont permettre de chercher des terrains de base dans son deck ou des artefacts qui donne du mana. Et sortir très (trop) vite Nicol Bolas et un drame pour tout adversaire qui fait face ! Nous décidons donc de partir sur une base de 50 cartes, pour rendre son contenu moins conditionnel et un peu plus hasardeux.

Base 2 : Après Draft, chaque Joueur construit un deck de 50 cartes minimum, terrains compris. Tous les sorts doivent être en un exemplaire.

Je vous ai parlé de boosters composés à l’instant, et c’est là que se trouve toute la difficulté de ce format en draft ! Contrairement au format Phyrexia où vous pouvez jouer pratiquement tout et n’importe quoi, y compris des boosters scellés, là en revanche, il est impératif de les composer soit même ! En effet, de nombreuses cartes sont actuellement réellement injouables dans le format. Par exemple, il n’existe à ce jour aucun Planeswalker Blanc-Vert. Il n’y a donc aucun intérêt à mettre des cartes dorées dont le ccm contient et du vert et du blanc dans ses boosters (alors que, pour rappel, vous pouvez tout à fait y inclure un « Fourbes de Cuisine », jouable par Elspeth comme par Nissa, par exemple). De plus, n’oubliez pas de mettre de nombreuses cartes monocolores, et essayant de respecter l’équilibre des couleurs, la plupart des Pw étant monocolores…

Base 3 : Chaque joueur compose 3 Boosters singletons, de 20 cartes, soit au final un pool de 60 cartes par Joueur.

Note : Lorsque vous composez vos boosters, vous devez le faire en respectant la règle de singleton, soit 3 boosters de 20 cartes uniques, pour un total de 60 cartes uniques. Mais à la fin du draft, il se peut que vous vous retrouviez avec une carte en plusieurs exemplaires, parce que, admettons, vous aviez pris une carte dans un précédent booster et que vous récupérer la même en dernier pick dans le booster suivant. Quoi qu’il en soit, cela ne change pas le fait qu’au final votre deck doit se référer à la base 2.

Quand au draft en lui-même, suivant le nombre de joueurs que vous êtes, vous pouvez vous référez au chapitre Préparation pour une partie de Phyrexia Powa, issu de mon précédent article.
Sans doute le plus puissant des Planeswalkers, la seule identité couleur a offrir 3 manas colorés !



Sans doute le plus puissant des Planeswalkers, la seule identité couleur a offrir 3 manas colorés différents !


Voilà chers amis arpenteurs, j’espère que la lecture de tout ceci n’a pas été trop fastidieuse, et je vous souhaite de transplanter bien vite et bien loin en direction de l’arène du multivers !

Mr Format, qui préfère transplaner à la boulangerie pour aller chercher son pain. C’est quand même plus classe !



(1)Oui je sais, j’ai entendu certains d’entre vous, plus puristes que d’autres, dire que le Commander est le format EDH multi-joueurs, alors que ce dernier est le vrai format en duel compétitif, non-sens à mon humble avis puisque l’EDH a de base été créé pour être un format non compétitif. Mais bon, débat toussa toussa ^^

(2)Pour appliquer un mulligan AlaBolas, faites comme suit : une seule fois par partie, un joueur peut choisir n’importe quel nombre de cartes de sa main de départ, puis met ces cartes de côté. Ce joueur pioche ensuite autant de cartes de son deck qu’il en a mise de côté. Il exile ensuite les cartes mises de côté (ces cartes restent dans la zone d’exil jusqu’à la fin de la partie).

(3)Bien que je ne sois pas adepte des proxies, je ne saurais que trop vous conseiller de faire des photocopies de tous les Planeswalkers existants, ne serait-ce que pour avoir accès  à un pool global, et pouvoir jouer peut être des Pw que vous ne joueriez jamais d’habitude (ha, la joie de monter un draft Tibalt ^^)
avatar
Mric

Messages : 388
Date d'inscription : 15/02/2013
Age : 42

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Format DUEL OF THE PLANESWALKERS ou Dotp ou avatar

Message par Smizz le Ven 20 Déc - 9:07

moi le format EDH planeswalker sa me branche bien!
sa pourrais etre sympa d'en monter qqun pour voir comment sa rend en jeux non?
avatar
Smizz

Messages : 24
Date d'inscription : 16/04/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum